1. Page d'accueil
  2. Journée internationale des femmes | SportXX
Journée internationale des femmes

Journée des femmes: comment renforcer le sport féminin?

8. mars 2022

Comment renforcer et promouvoir le sport professionnel féminin? Pour la Journée internationale des femmes, nous étudions ce qui a été fait et reste à faire.

Les femmes et le sport de haut niveau

Origines et égalité de traitement dans le sport
Aujourd’hui, c’est la Journée internationale des femmes. L’occasion de se demander ce qu’il en est réellement du sport féminin en Suisse? Où en est l’égalité des droits et comment la promouvoir? Nous explorons les origines de la Journée internationale des femmes et abordons le rattrapage nécessaire dans le sport professionnel.

Les origines de la Journée internationale des femmes

1. Qu’est-ce que la Journée internationale des femmes?

La Journée internationale des femmes est née à l’initiative de différentes organisations socialistes. Leurs principales revendications étaient le droit de vote des femmes, la lutte pour l’égalité des droits et l’émancipation des travailleuses. Alors que la socialiste américaine May Wood Simons avait émis l’idée d’une journée internationale des femmes en 1910 à l’occasion de la Deuxième conférence de l’Internationale socialiste des femmes à Copenhague, ce sont les défenseuses allemandes du droit des femmes Clara Zetkin et Käte Duncker qui ont lancé le projet, contre la volonté de leurs homologues masculins du parti. Cette journée spéciale a été célébrée pour la première fois le 19 mars 1911 au Danemark, en Allemagne, en Autriche-Hongrie et en Suisse. Ce n’est qu’en 1921 que le 8 mars a été choisi comme date officielle.
 

2. Que célèbre-t-on ce jour-là?

Le 8 mars est l’occasion de fêter les avancés politiques, économiques et sociales des femmes et de souligner les étapes qu’il reste à franchir pour atteindre l’égalité entre les sexes.

Interview avec la sprinteuse professionnelle Salomé Kora

Interview avec la sprinteuse professionnelle Sarah Atcho

3. Sous quelles formes?

Des conférences, des tables rondes et des évènements d’entreprise sont organisés dans les pays comme les États-Unis, la Suisse, l’Espagne, l’Allemagne, l’Australie et la Grande-Bretagne. Lors des manifestations, le violet symbolise l’équité et la dignité. Au Chili, les mouchoirs verts marquent le soutien aux droits sexuels et reproductifs. En Roumanie, en Russie ou en Argentine, les femmes reçoivent des cadeaux. Et en Chine, les autorités incitent les employeurs à accorder une demi-journée de congé aux femmes ce jour-là.
 

4. La Journée internationale des femmes est-elle toujours nécessaire?

Dans certains métiers, les femmes gagnent moins que les hommes, encore aujourd’hui (19% en moyenne en 2018). Maya Graf, co-présidente d’alliance F, affirme que les jeunes femmes entrent sur le marché du travail avec un salaire inférieur de 8%. La différence de salaire s’explique en partie par le niveau de formation, le nombre d’années d’activité et le fait d’occuper ou non un poste de direction. Cela étant, les explications restent floues dans 45% des cas. Daniella Lützelschwab de l’Union patronale suisse est critique à l’égard des calculs de l’Office fédéral de la statistique car ils ne tiennent pas compte de facteurs tels que les interruptions de carrière liées à la maternité. Les femmes assument toujours une part importante des tâches ménagères et de l’éducation des enfants. Concilier carrière professionnelle et vie de famille? Cela reste un obstacle de taille.

Égalité des droits dans le sport

La devise officieuse des Jeux olympiques «L’important, c’est de participer», n’a pas toujours été une évidence. Si les femmes représentaient 48,3% des athlètes aux JO d’été de Tokyo en 2021 (avec ¾ des médailles à la clé), elles n’étaient tolérées qu’en tant que spectatrices lors de la première édition en 1896. Il a fallu du temps pour que les femmes aient le droit de participer aux compétitions: l’athlétisme en 1928, le handball en 1976, le marathon en 1984, le football en 1996 et le hockey sur glace en 1998. Il a même fallu attendre 2002 pour le bobsleigh et 2012 pour la boxe. Et cela ne fait que 10 ans que les femmes s’affrontent dans toutes les disciplines olympiques. Un rattrapage est nécessaire au niveau des postes d’encadrement et d’entraînement, où les femmes restent largement sous-représentées.

Dans le domaine du football, la première coupe de l’UEFA féminine a été organisée en 1984 et il a fallu attendre 1991 pour assister à la première coupe du monde féminine de la FIFA.
 

Application active de l’égalité de traitement

((EIGE Europäisches Institut für Gleichstellungsfragen: Gleichstellung im Sport))
Les femmes restent exclues des prises de décision: en dépit de leur participation croissante dans le sport, les femmes sont toujours sous-représentées dans les instances dirigeantes et décisionnelles. Dans les esprits, le sport est un domaine d’hommes, traditionnellement marqué par la gent masculine. Et en matière de coaching aussi, ce sont les hommes qui prédominent. Selon les chiffres de la Commission européenne, seulement 20 à 30% des entraîneurs sportifs sont des femmes, principalement dans la danse, la gymnastique, le patinage artistique et l’équitation.  
Les médias, qui marginalisent souvent les stéréotypes féminins, jouent aussi un rôle important. 
 

Quelles mesures ont été prises?

Des quotas ont été introduits au niveau des associations internationales et européennes. Quelques comités de femmes ont également vu le jour et, à leur échelle, certains pays se sont fixé des objectifs volontaires. 
En Suisse, les femmes bénéficient d’un meilleur accès aux mesures de soutien en faveur du sport de compétition. Autre point très important: l’idée selon laquelle le sport de haut niveau doit aussi être ouvert aux femmes a progressé.
 

Que reste-t-il à faire?

Seulement 4% de la recherche en sciences du sport traite des questions liées aux femmes. Autrement dit, dans le domaine de l’entraînement, la majeure partie de la formation et de la théorie est axée sur les hommes. Afin d’aider les femmes à optimiser leurs performances, Swiss Olympic a donc lancé le projet «Femmes et sport d’élite».
Et pour concrétiser l’égalité de traitement, des mesures et initiatives ciblées (débats, formations et programmes) peuvent être mises en œuvre pour encourager les femmes à entreprendre une carrière professionnelle dans le sport.
 

Primes

S’il est de notoriété publique que les joueuses de football gagnent moins que leurs homologues masculins, qu’en est-il dans les autres disciplines sportives? Une étude réalisée par watson montre que la plupart des organisateurs de manifestations sportives versent des primes équivalentes. Cela vaut par exemple pour l’athlétisme (Diamond League), le beach-volley (Gstaad Major Series), le ski (titre de champion du monde et descente de Lake Louise) ou le V.T.T. (coupe du monde de l’UCI). En revanche, les écarts restent saisissants dans le golf (PGA/LGPA Tour) et le football (championnat suisse et Champions League). 

Et effectivement, il faut aussi tenir compte de l’intérêt du public et des revenus générés. Cela étant, l’histoire montre que les opportunités ont dû être créées et qu’elles doivent encore l’être. Et il y a fort à parier que le succès du sport féminin se poursuivra en 2022 et dans les années à venir.